Charles Bösersach

2005.05






Toujours aller quelque part, toujours faire quelque chose — et moi, malgré tout ça, m'ennuie de plus en plus.

Mauvaise, elle hurle dans la voiture tandis qu'il s'agite à l'extérieur. « Comme ça tu pourras l'enculer », répète-t-elle, furieuse. Je finis par comprendre qu'il ne s'agit pas d'une figure de style.

Ce que l'homme attend de la femme : qu'elle le fasse bander. Ce que la femme attend de l'homme : qu'elle le fasse bander. En ce cas, il est loisible de considérer qu'ils s'aiment.

(Soirée lyonnaise) —
Après avoir, activement, participé à leur petite « fête », je ne pus m'empêcher de penser, avec une certaine commisération, à propos de certaine délicate et frêle blondinette — « elle doit avoir le cul dans un état... »

Quand on sait ce que signifie le mot tart en argot américain, on comprend mieux le sens de tarte tropézienne.

Elle se tient au soleil, au bord du chemin — elle attend qu'on l'insulte, qu'on lui crache dessus, qu'on la lapide — qu'on la baise, là, sur les cailloux aigus et brûlants.

Elle est fière, très fière, de ses nichons.

Malchance de cette naine, un peu difforme, qui passe juste au moment de la sortie de l'école primaire et se trouve prise dans le flot des enfants — de sa taille. Malchance?

Mon amour, mon exosquelette.

(aux hommes) Tu es en pantalons, tu vas pisser avant de te coucher. Tu refermes ta braguette?

C'est une erreur de croire que «l'étau se resserre» — simplement on nous met de temps en temps une petite secousse, rappel à l'ordre.

Elle a de très jolies fesses mais marche vraiment trop lentement (pour que je puisse la suivre sans m'impatienter).

Peu écrit ce mois-ci. Bon signe?

Il entre dans le métro avec une chaise sur laquelle est posé un carton plein de livres. En tire un (une pièce de théâtre), invite un autre voyageur à lui donner la réplique. certains voyageurs rient, d'autres manifestent une ostensible indifférence. Il prend un autre livre, lit, commente, explique un mot (spahi)...

Je voudrais pouvoir rentrer mes doigts dans ma tête et touiller, touiller...

Très irritants ceux qui, dans le métro, s'asseyent côté couloir, rendant difficile l'accès côté fenêtre — alors qu'ils vont au terminus!

Marcher — en se disant qu'il y a longtemps qu'on n'est pas tombé.

Considérer le monde comme un assemblage (amas?) de tuyaux rouillés, de câbles oxydés, rafistolage et replâtrage et c'est précisément cette dimension qui le rend acceptable, supportable.

Je passe devant un club d'aérobic. Cette brusque bouffée de sueur, corps de femmes...

La coquille vide, presque vide. Au fond, tout au fond se terre le misérable limaçon.

Au début ils sont gentils avec toi. Au début...

Le jean très moulant sur une croupe rebondie, cambrée, un petit débardeur blanc sur un soutien-gorge noir dont les brides sont en exergue, et cette moue désabusée; elle est trop jeune évidemment — et en quelques secondes subit les pires humiliations. Pas même un petit sourire.

Charles Bösersach écrivant «ce jour, j'ai bu». Quelle utilité? Se rassurer peut-être. Nous avons tellement besoin de cette permanence...

Samedi soir, vu de la fenêtre, ce type qui vomissait entre deux voitures. Se sentir à la fois compatissant et fort réjoui.

Elle a beau présenter une plastique impeccable (implacable), elle descend l'escalier avec une maladresse affligeante (comme un vers d'Hugo : ses talons trop aigus l'empêchent de marcher).

Eau couleur de lait : thé indien.

Vicieux, il faisait semblant d'avoir la diarrhée.

Petite géhenne : je suis dans le wagon des filles laides et des cacochymes.

Tout son charme tenait dans sa modestie.

Un chien avec un air extraordinairement stupide.

Le matin, tôt : les «décideurs» et les paumés.

Panneaux sur les murs du funiculaire : DÉCLIVITÉ.

D'un voyage en train — les fougères. La chimie. Petit fossé qui s'interrompt. Les orties. Et toutes ces plantes dont je ne sais pas le nom. Comment remercier cet homme, ce cuisinier des îles, qui, me voyant face à une sanisette rétive, m'a invité à venir pisser dans son établissement? L'humanisme...
Merci, merci, fait le contrôleur.
Le jeune homme à ma droite grogne contre le montant de l'amende fumeurs (45€) et l'absence de compartiment idoine. Il s'énerve beaucoup puis conclut : moi je ne fume pas mais...
Un sandwich trop fariné (manger proprement) au jambon cru, une pomme, une bouteille de Perrier. Les talus, les herbes folles; cette familiarité. Imaginez : une idée géniale vous vient — et vous n'avez rien pour noter. Le stylo est en panne, le carnet égaré. Désastre. Mes relations avec les éditeurs, ou autres «clients», sont toujours difficiles. Tout au fond : je m'en fous (et cette petite voix suavement grinçante : au moins tu as des relations avec des éditeurs). Cela s'appelle vanité.
Parfois il y a des maisons. Elles sont trop jolies, trop nettes; bien proprettes. Stationnement de courte durée, fait la voix grésillante dans les haut-parleurs, puis soupire. Lasse, fatiguée — non : excédée. S'arracher les poils du nez.
L'autre, au milieu de nulle part (minuscule gare plus qu'à moitié désaffectée), avec sa chemisette bariolée de touriste d'opérette.
Les gens à qui j'adresse des signes, et qui ne répondent pas. Moi même...
Tôle ondulée (rouillée) en guise de clôture. Ruine. Mare presqu'asséchée. Élision à laquelle je tiens. Se dire qu'on va bronzer. Dame dodue, cheveux courts lit Paris-Match «Référendum, le choix historique».
La campagne toute fausse, les maisons en Lego.
Se souvenir tout à coup — et avec quelle jubilation — que l'on a pris la précaution d'emporter un second carnet. Bruits (sacs en plastique des casse-croûtes, petits grincements subreptices, moteur altier, changements de régime — qui semblent arbitraires; et d'autres grincements, dont on ne s'était pas rendu compte jusque là : comme le hurlement grotesque — petites voix de damnés minuscules, voix rouillées plus routinières que plaintives, et ayant oublié les mots). Une malédiction mal comprise (ou mal énoncée) produit-elle des effets? Je suis fatigué. Ils vont profiter de mon sommeil pour m'éventrer, me dépecer, et personne n'en saura rien.
Veaux laids et retors. Rêvé de F. cette nuit, elle m'exaspérait, pareille à elle-même, embrouillée, encombrée, confuse.
Coquelicots, pylônes. La voix toute pimpante cette fois annonce l'arrêt suivant. Communes aux noms improbables, ridicules, si l'on se donnait la peine de les considérer. Monde saturé de signaux, d'indications, logos, marques au sol, pancartes — qui ne servent à rien (ne me servent à rien). Par pure dérision j'ai demandé à B. s'il m'aimait (en réponse à une question de routine). Il a réfléchi un moment puis : «non». Match nul.
Si le train déraillait (et que j'en sorte sans dommages)? Ça changerait.
Des filles enfin. Très ordinaires mais légèrement (quoique modestement) vêtues; elles ont eu chaud, cela les rend plus séduisantes (dociles?).
J'ai entendu parler de Marcel Lechien; je pensais qu'il s'agissait d'un personnage de bande dessinée. Ce nom, et ces pratiques misérables. Cela ne fait pas vrai.
(Une poule — rousse — seule dans un assez vaste enclos tout repeint au minium.)
Sales petites maisons le long d'une sale petite route; même les  fleurs sont moches ici : elles ont l'air con. Où sommes-nous? « Gare », « sortie », indiquent les panneaux. C'est malin. Pas de nom, pas de message... cette commune n'existe pas (et c'est tant mieux).

Jeter son dévolu.

train de nouveau, face à une fille belle boudeuse — ennui? fatigue? Son mec lit et s'occupe d'elle de plus en plus distraitement (lui tapote le genou). Elle s'endort en tripotant sa bouche.

Failli manquer le train (j'ai pourtant cette « organisation » scrupuleuse, protestante, qui me fait généralement arriver en avance, mais là tout allait de travers, attente, lenteur, et se répéter que l'impatience ne sert à rien, ne rend pas le monde plus fluide — au contraire). Dans ce contexte, j'ai commencé à douter : et si de surcroît je m'étais trompé de gare? Impossible de vérifier. Le petit démon de l'obsessionnalité souvent tente une incursion :
— Tu es sûr d'avoir fermé le gaz? les fenêtres? la porte? Tu es sûr que tu te rends à la bonne gare?
Imaginer les « explications » qui pourraient s'en suivre, la dispute, ses conséquences fâcheuses, voire définitives. Une rupture...
Ils parlent anglais de façon fort compréhensible et ne profèrent que des banalités. Et cela — quoique ne présentant rien d'exceptionnel — chaque fois me surprend. Quoi, l'exotisme se doit d'être total, absolu.

Je me demande ce qu'il lit.

Peu fumé, peu mangé. Cette nuit les cris de plaisir d'une femme, qui sonnaient assez faux — et le grincement régulier du sommier. Je les ai trouvés parfaitement ridicules — vaniteux — de me réveiller pour ça. En profiter pour aller pisser et chercher à boire. Il devait être 3 heures et demi. (Mais dans le même temps toujours saisi par le relief que peut prendre chaque son dans la nuit.)

La nuit est une entité, pas un moment.

Je devrais prendre le train plus souvent : j'écris bien davantage, et sans difficultés. Savoir si cela est intéressant est une tout autre affaire — dont je me soucie assez peu.

Elle est belle, très belle. Eurasienne peut-être. Bouche petite mais charnue (charnelle), les yeux fatigués, cernés juste comme il faut, le front grand et les cheveux très noirs. Elle a des poils aux bras, un tee-shirt avec des étoiles. La poitrine est ordinaire et peut-être un peu lâche. Elle porte un épais soutien-gorge noir sous le tee-shirt un peu transparent. Lui lit. Il lit lentement. Les trois anglais se taisent. Ch. Bösersach écrit, écrit.

Encore trois quarts d'heure à passer. Envie de me laisser aller à la somnolence. Avec les risque que l'on sait : au pire manquer l'arrêt, au moins : se traîner mal en point quelques heures sans parvenir à émerger.

Elle dort la bouche entr'ouverte.

Je n'ai pas fait la vaisselle hier soir. Conversé longuement — au téléphone —  avec un inconnu. Siroté un cocktail improbable mais fort alcoolisé. S'installe insidieusement, avec l'interlocuteur, une factieuse familiarité, un château de cartes que l'on bâtirait ensemble, complices, et qui se volatilisera dès que sera finie la conversation. Mais c'est peut-être ainsi que — normalement — les choses doivent se passer.

Dans le sommeil son visage se relâche, montre une étonnante plasticité. Que lit-il, le godelureau qui lui embrasse l'épaule comme par devoir, chuchote et sourit niaisement. J'ai presque pu lire le titre. La couverture (de nuages bleu pâle) porte deux silhouettes à la Magritte; le titre est long, il ne me semble pas connaître l'éditeur. Le titre se termine par «là-haut».

Que penser de cet homme aux mains abîmées (moi) qui ne cesse de griffonner dans son carnet?

Ils mangent. Le bruit de mastication, de déglutition — et tout particulièrement lorsqu'il est retenu — m'insupporte.

« Les cinq personnes que j'ai rencontrées là-haut ». Ça y est, je sais.

Quand elle mange on pourrait imaginer qu'elle suce (ces troublantes déformations de la joue).

Elle fait avec sa bouche des choses intéressantes. Elle sait que je la regarde.

Écrire aux éditions du Cercle à propos de la réédition de Dies Irae dont je n'ai pas été informé (découvrir ça par hasard — alors qu'ils me doivent encore quelque argent). Agacé. Il semblerait qu'il soit difficile d'éviter ces agacements.

Les « anglais », ce sont de pauvres types : le stylo chromé dans la poche de la chemise. Je déteste ça. Toujours méfiant vis-à-vis des personnes qui arborent des stylos. Des graphomanes, des gratte-papier, fonctionnaires de l'âme.

Dans une voiture (je ne sais pas comment m'asseoir).

Je te regarde — et je te vois. Un jour je ne te verrai plus. — Tu seras partie, ou morte. Ou moi : je serai parti, ou mort. Il n'y aura plus de lumière. Tu seras invisible. J'aurai perdu la vue. On m'aura crevé les yeux.

L'histoire d'une chaise, dans une pièce vide. Il n'y a personne. C'est plutôt calme.