Charles Bösersach

2007.02






Après l'aquaplaning, l'aquabon.

Ils ont, ces grands type en costume élimés ils ont d'énormes mains au bout de leurs longs bras.

Elle dit « nos verges » au lieu de « Norvège ».

Cette vieille femme au visage infâme, profondément ridé, osseux, presque difforme avec de grands yeux bleus, un regard lumineux, splendide.

Un loup, deux tasses : manie.

Dans le métro ce lundi (27.2) : « mesdames, messieurs, suite à un mouvement de grève d'une partie du personnel, les lignes A, B, C et D fonctionnement ».

Les fées Daube, Haine... Mauvaises fées.

Cette jeune asiatique, hier, dont les traits, les gestes, chaque mimique exprimaient la plus grande vulgarité. Et par là même éminemment désirable.

Jouer avec les perspectives, aligner, superposer des choses qui ne devraient pas l'être (attendre un bus).

Littérature de chiens : Tobby or not Tobby ?

Une jeune femme psychotique ou autiste fait une crise d'angoisse parce qu'elle n'a pu monter dans la rame. Elle hurle et donne des coups de poing dans le mur. Elle porte un manteau rose. Elle est petite et sans âge.

Vibre, ô ma sœur (DC).

Femelle compensée.

Cette gamine, avec un cul d'adulte.

Des dunes blanches, nacrées, lactées, lunaires et, de loin en loin, ces touffes noires, mates... Beau, très beau. Le bruit des pas, comme marcher dans du talc.

L'aplat net : Mars.

Certaines images me font mal à la queue.

Ce que cette fille ne comprends pas c'est qu'elle nous appartient.

L'effet Sochaux.

Elle est lente au noir.

Vieille particule : Papy ion.

Ç'a a l'air de la peur. (Ou : saleur de la paire.)

Morne et mort-né.

Le Comte Rat : lait au nain.

L'ami hante.

Une jeune fille avec des seins (opulents) déjà fatigués.

Il vaut mieux un shopper qu'une mer morte.

Petite fille, vieille femme / petite femme, vieille fille.

L A U 1 G 2 K K 2 B B
--------------------------------------------
C π É

Il y a une chose qui m'enquiquine : tout c'que j'picole, j'le bois... (GP).

Dilemme : au minois je préférais l'une à l'autre sans hésiter; pour le fondement, c'était malheureusement le contraire.

Le comité de mendicité.

poésie
Il y a dans ce boudoir
Des carcasses exquises
Toutes vêtues de noir
Pales, obscènes, elles gisent
Bras et jambes ouverts
Enchevêtrées, languides
Dévorées par les vers
Et les orbites vides.

Rues peuplées de petits culs, de frais ou vicieux minois.

Une jeune femme : « Dès que j'entends cette musique (samba), j'ai le cul qui bouge tout seul ». Rapporté par PhG.

No milk today.


Papillon sur rue.

Henri, slow serial killer. Régulièrement il rencontre une jeune femme crédule, la séduit, l'engrosse. Lorsque le bébé a un mois ou deux, en guise de surprise pour la maman qui ce soir rentre tard, il dépèce l'enfant, étale, expose artistement dans tout l'appartement les morceaux de la chair de sa chair...

Simbad le Marin : « j'enfile un djinn et j'arrive ».

Lorsque je suis entré dans cette petite pièce je l'ai trouvée ligotée pattes en l'air comme un insecte pathétique et machinalement  lui ai fourré un doigt dans le cul.

Il arrive que l'on doute : le moi est ail et sable.

encore d'la poésie
Et cependant qu'Alice me suçotait les couilles
et me sondait le fion d'un index insolent
Une belle inconnue près d'elle s'agenouille
s'appliquant sans délai à me lécher le gland
Pantalon sur les pieds tel un capitaine ivre
dans le couloir obscur d'une obscure maison
Retardant le moment où le corps se délivre
Je marmonnais pour moi cette sombre oraison :
« Sucez, belles catins, videz-moi de mon sang
et puis embrassez-vous, que vos langues se nouent
frottez l'un contre l'autre vos corps maigres et blancs
savourez, dévorez, repaissez-vous de vous »...

Une hache (émoussée) et le pouce, épais, qui en tâte le fil. Un billot, non loin. Un beau billot. Et la poule, sotte, presqu'insolente.
Et la poule brandit la hache, jubile, l'abat.

Sperme dans l'air froid.

Radieuse (elle vient de se faire ravager).

L'envie d'écrire autre chose, qui tiendrait de la sérénité, textes zen, presque vides (avec des poils autour).

S. est mort. Le clochard mythomane et malfaisant n'est plus. J'avoue avoir éprouvé une certaine satisfaction (tout se passe comme prévu).

Ça ne sera pas moi.

Elle meuble.

Branle. Le branle.

La femme déménage.

Elle est très bête et très jolie; elle est déguisée en soubrette (vêtements en vynile).

De temps en temps un sinus se débouche : béatitude. L'accès à un niveau supérieur de conscience, de lucidité (je me contente de peu).

La vie n'existe pas.